Close

Support Global Voices

To stay independent, free, and sustainable, our community needs the help of friends and readers like you.

Donate now »

See all those languages up there? We translate Global Voices stories to make the world's citizen media available to everyone.

Learn more about Lingua Translation  »

Morocco: “Still Living in My Parent's House,” says a 40-year-old Girl

According to a recent census, singles represent 39 per cent of the Moroccan adult population, one of the highest in the Arab region. Singles are more likely to be men but female celibacy is still high, reaching an astounding 33.3%. People speculate about the reasons behind discrimination faced by women and recent surveys (see the UN 2005 Arab Human Development Report) have concluded that although religious belief may explain some of the limitations faced by women, those practices are more likely to be explained by economic hardship, lack of education, the absence of democracy and conservatism. Morocco is an overwhelmingly conservative society indeed: a recent poll [Fr] showed that almost one in two Moroccans believed that the newly reformed Family Code, praised internationally for its liberal outlines, has gone too far in granting more rights for women.

Untitled by albe! in Flickr

Samira is a Moroccan blogger. She describes herself as “an old girl, aged 40, jobless and still living in her parents’ house.” Samira openly shares her day-to-day experiences on her newly created blog, Marocanication [Fr]. She writes:

Vivre chez ses parents à 40 ans peut sembler banal, voire évident dans notre société et tout naturellement fatal quand on est née dans le sexe faible. Car au Maroc, tant que tu n’es pas casée, tu es traitée en être jeune, irresponsable et potentielle source à problèmes, ben voyons !
Pas étonnant en un sens. Une société à la sexualité refoulée ne peut qu’associer liberté à débauche. Je me suis longtemps demandé, comme tout le monde je suppose, pour quelle raison l’homme échappait à ces restrictions. Je suis partie dans toute une analyse à la noix que j’ai dissoute dans un bol de hrira un jour de grosse déprime. Mais ça, j’en ferai un autre billet.

Living with one's parents at 40 is not a peculiar affair in our society and it is naturally unavoidable when you're born in the softer sex. For, in Morocco, as long as you don't find a husband, you're treated as young, irresponsible and a potential source of problems. Oh! Really!
In a sense, this is not surprising in a society that represses sexuality and associates freedom with debauchery. I have long wondered, like everyone else I suppose, why do men escape these restrictions. I went through a pointless analysis that I eventually abandoned in front of a bowl of Hrira (Moroccan soup) on a day of heavy depression. But that is another matter.

Samira goes on wondering how she would be able to tell her parents that she wants to have a life on her own and that she wants to leave:

[J]e pense en ce moment à la liberté de vivre seule, au bled. J’ai passé la nuit à imaginer la scène où je leur dirai que je vivrai seule. Ma mère me regardera avec dédain comme si j’avais dit une énième bêtise qui ne ferait que renforcer le manque d’estime qu’elle a pour moi.
Parce que le manque d’estime est quasi indissociable du statut de vieille célibataire : vieille fille c’est certainement une invention féminine, seule une femme peut et sait blesser une autre femme !

I'm thinking right now about the freedom of living alone. I spent the night imagining the scene when I tell them I will live alone. My mother will look at me with disdain as if I had said yet another foolish mistake. And that would only reinforce the lack of respect she has for me.
Because the lack of esteem is almost inseparable from the status of unmarried old girls. “Old girl”: this is a word most certainly invented by a woman, because only a woman knows how to hurt another woman!

There is a terrible stigma attached to non-married women, explains Samira:

[C]e n’est même pas pris pour une malédiction mais pour une incompétence, un échec, une incapacité à attirer, à séduire, à donner envie à un homme de faire sa vie avec toi. Même si c’est toi qui refuse l’homme, tu seras toujours la bête en attente d’un maître. Et tu finis par devenir une vieille bête errante parce que personne n’adopte de vieux chiens.

It is not even considered a curse but an incompetence, a failure, the inability to attract, seduce, or tempt a man to share his life with you. Even if it is you who refuses the man, you're considered a beast waiting for her master. And you end up being an old fool because nobody wants to adopt old wandering dogs.

The absence of financial support is critical:

Vieille fille qui ne bosse pas, c’est le comble. Pourtant, j’ai une formation littéraire assez bonne. Je ne sais pas, je peux rédiger des idioties comme ça à longueur de journée, par exemple… ou taper sur une machine… ou préparer des cafés. Mon chômage ne m’aide pas. Je suis non seulement sans foyer mais également sans revenu. Je suis bonne à tout faire dans les maisons de mes parents, mes oncles et tantes et de mon frère. [Ma soeur] Jamila n’arrête pas de se révolter contre la tyrannie générale et contre mon exploitation, mais je ne parle pas.

An old girl that does not have a job… That caps it all! Yet I have a pretty good background in literature. I don't know, I can write nonsense like that all day long… or type on a computer … or prepare coffee. My unemployment does not help. I am not only homeless, I'm also without income. I'm taken advantage of and do all the housework in the homes of my parents, my uncles, my aunts and my brother. Jamila [my sister] doesn't stop protesting against the general tyranny and against my exploitation. I do not speak.

Samira has plans:

Quand je leur dirai que je partirai, ils vont crier au scandale, à l’ingratitude, à la honte ! Une « fille » ne vit seule que parce qu’elle veut batifoler… quand ils ont pas cette idée tordue, ils pensent d’elle qu’elle est fille indigne qui lâche ses vieux parents après tout ce qu’ils ont fait pour elle. Ils feront tout pour étrangler l’idée dans son berceau, ignorant qu’elle a déjà pris des dimensions adultes. Je ne peux pas le leur annoncer avant d’avoir trouvé où me nicher.
[…]
Je trouverai l’argent pour me louer 8m³ quelque part. Et je m’en irai.
Je parle au futur, pour garder vivant cet espoir, en ultime porte de sortie possible.

When I'll tell them I'm going, they will make a fuss about my ingratitude and the shame that I bring to them! “The only reason a ‘girl’ would want to live alone is to fool around”… When they don't have that foolish idea in mind, they think that I'm an unworthy daughter who abandons her old parents after all they have done for her. They will do anything to stifle the idea. I can't tell them until I find where to go.
[…]
I'll find the money to rent some little room somewhere and I'll go.
I'm deliberately using the future tense here to keep alive that hope that now constitutes my only way out.

Samira is certainly not unique in her situation and more voices, mainly from the civil society are calling for more solidarity, equality and social justice.

2 comments

  • depassage

    Oui bon faut pas dramatiser à ce point! Il y a 10 ou 15 ans vivre seule était quasi impossible et mal jugé par la Sté, quoi que, heureusement que les mentalités ont évoluées et même pour les gens des petites villes c’est toléré de nos jours et je parle en connaissance de cause.
    j’habite dans l’une des 2 capitales (éco et admi) et au boulot j’ai autour de moi un tas de filles entre 22 et 40 ans qui vivent seules et à des milliers de km de leurs parents et certaines même si elles ont un parent proche dans la même ville elles ont leur propre appart. D’autres n’ont pas hésité à s’acheter des apparts quand elles ont vu leur célibat se prolonger et ce dans la même ville que les parents.
    Moi même venant d’une famille très conservatrice j’ai pas hésité à imposer mon choix de vivre seule surtout quand on arrive à la trentaine c’est limite malsain d’être encore sous le même toit que ses parents. Et c’est aucunement pour batifoler c’est plus pour se sentir adulte et responsable!

    Pour ceux qui connaissent Casa et Rabat il suffit de faire un tour à Gautier, Maarif, Hassan et Agdal… et même certains quartiers pop pour se rendre compte du nombre de célibataires filles vivant seules ou en colloc.

    Et bien sûr il y a plus de célibataires cadres et haut cadres vivant seules que de salariées à petit revenu…

    bah oui là aussi les milieux socio-culturel et/ou socio-professionnel sont déterminants :/

    Convaincre les parents qui sont contre n’est pas une mince affaire mais il faut savoir sortir les bons arguments!
    Moi même quand j’ai annoncé à ma mère ma volonté d’aller vivre seule il y a 5 ans elle a crisé et a même menacé de “m’effacer de l’état civil”
    Et bah allez la voir aujourd’hui quand je lui parle de revenir à la maison (parce que par moment la solitude ça pèse ) elle a envie de tout sauf de ça, elle est toute contente d’être “débarrassée de moi et de mes problèmes” et j’ai même droit au “t’es adulte assumes ton choix” :)

    Pour le cas de Samira sa priorité c’est de se trouver un boulot déjà avant de songer à habiter seule :) pourquoi pas un boulot dans une autre ville et puis on peut gentiment pourrir la vie à ses parents jusqu’à ce que ça vienne d’eux :p

    Comme je dis tjrs c’est une question de volonté quand c’est pas toléré il faut s’avoir imposer!

    J’ai même des copines dont les parents insistent pour qu’elles se prennent des apparts et elles refusent.
    Faut dire que faire soi même ses courses, sa lessive, sa vaisselle, sa cuisine après une journée fatigante de boulot c’est pas la joie.

    Vivre seule c’est pas aussi glam que peuvent croire certaines et c’est loin d’être sex & the city!

    NB: fille ou garçon concernant le “habiter seul” c’est la même chose, j’ai des potes dont les parents étaient contre puis on changé d’avis et d’autres qui sont tjrs contre.

  • gie

    In my country, even married children can still live with their parents or the parents living with their children. Be happy that you still have parents but doing all the jobs for everyone is unfair…Samira may relax a little in doing her chores to let them know that she is not a maid! If she’s good in writing, then, she can contribute to any publisher or cook or bake at home doing business and distribute it to her friends or relatives, she can name her price…She has to do something to have an income – even at home…

Join the conversation

Authors, please log in »

Guidelines

  • All comments are reviewed by a moderator. Do not submit your comment more than once or it may be identified as spam.
  • Please treat others with respect. Comments containing hate speech, obscenity, and personal attacks will not be approved.

Receive great stories from around the world directly in your inbox.

Sign up to receive the best of Global Voices!

Submitted addresses will be confirmed by email, and used only to keep you up to date about Global Voices and our mission. See our Privacy Policy for details.

Newsletter powered by Mailchimp (Privacy Policy and Terms).

* = required field
Email Frequency



No thanks, show me the site