Close

Support Global Voices

To stay independent, free, and sustainable, our community needs the help of friends and readers like you.

Donate now »

See all those languages up there? We translate Global Voices stories to make the world's citizen media available to everyone.

Learn more about Lingua Translation  »

Haitian Women Talk Feminisms


This past week, we covered how Kazakhstan and its Women, the Middle East and North Africa, Russia, and South Asia blogged International Women's Day.

Here, two Haitian bloggers write about International Women's Day and the past, present and future of women's liberation.

The Haitian Feminist Movement

Roody Edme who blogs at Ailleurs vu d'ici reflects on the the Haitian feminist movement of the 1970s and 1980s, a time when “we were reaching the last quarter of the ‘century that made women’ and many things were in the process of changing” (Fr).

Edme remembers Marie Laurette Destin, credited by some as the mother of the Haitian feminist movement:

Laurette coiffée à la Bo-Derek…déambulait dans les rues de Port-au-Prince comme un « fantasme ». Son chant pareil à celui des « sirènes » fascinait et inquiétait les hommes autour d’elles. Certains ne croyaient pas trop en son MFH dont les méthodes étaient disaient-on trop calquées sur le MLF de France. Marie Laurette faisait, aux yeux de certains, figure « d’hérétique », elle, qui ouvrait trop grande les lucarnes de nos luttes sociales au risque de faire entrer un courant d’air trop libertin venu d’Occident.

Pourtant, bien avant elle, des femmes prestigieuses comme Solange Dominique, Carmen Boisson, madame Gourdet St-Come et Paulette Pouyol Oriol avaient tracé un chemin de lumière. Seulement Laurette y ajoutait des revendications plus modernes comme le droit des femmes à disposer de leurs corps et à assumer leurs choix sexuels…

Laurette, done up like Bo Derek…wandered around the streets of Port-au-prince like a “ghost.” Her song was like a “siren's” fascinating and troubling the men around her. Some did not believe much in her MFH, whose methods were said to be too much based on the methods of MLF France [Movement for the Liberation of Women]. Marie Laurette was, in the eyes of some, a “heretical” figure; she who opened wide the skylight of our social battles at the risk of letting in a debauched air from the West.

However, long before her, prestigious women like Carmen Boisson, madame Gourdet St-Come and Paulette Pouyol Oriol traced a path of light. Only Laurette made more modern demands like the right of women to use their bodies and make their own sexual choices…

…Il n’etait pas idéologiquement correcte de parler de libération de la femme, concept petit bourgeois, alors que le ‘‘peuple’’ etait encore enferré dans la dictature militaire et le sous-développement. Mais les femmes étaient de tous les combats pour l’émancipation de l’ouvrière comme de l’ouvrier, du paysan et de la paysanne.

It was not ideologically correct to talk about women's liberation, a bourgeois concept, while the “people” were still living in a hell of military dictatorship and underdevelopment. But women were above all fighting for the empancipation of the female workers, as well as the male, of women farmers, as well as the men.

Not All Feminisms Created Equal

Meanwhile another Haitian blogger, Nancy writing at Notedor.com, criticizes what she sees as a certain brand of feminism that claims women don't need men.

Ce matin dans les rues, quelques femmes protestaient contre la spoliation des coopératives à leur endroit. Leur vue m’a amené beaucoup de souvenirs et de réflexions.

Je me suis revue, pancarte en mains réclamant justice avec les Femmes Engagées dont je faisais partie. Ce jour-là, en cours de route, un groupe de femmes à mes côtés criaient : ” désormais, nous ne voulons plus des hommes “. Je leur ai demandé ce qu’il adviendrait de mes trois garçons et de mon mari ? Elles n’avaient pas de réponses, n’ayant pas réfléchi au sort de leurs enfants mâles. Elles et moi donc n’avions pas les mêmes objectifs, la cohésion d’actions n’existait pas. Je m’en suis retournée chez moi, désolée de constater si peu de raison chez les participantes.

This morning in the street, some women were protesting against the ransacking of local cooperatives. Their perspective brought back many memories and reflections.

I saw myself, protest sign in hand, out to reclaim justice with the “Femmes Engagées,” a group I belonged to. That day, on our way [to the protest], a group of women next to me shouted: “From now on, we don't want men anymore.” I asked them what would happen to my husband and three sons? They had no answer, not having thought of their male children. [We] had different goals; there was no coherence in our actions. I went home, saddened to see the protestors had such little sense.

Similarly, Edme believes that some feminist movements go too far:

Bien sûr, tout mouvement de libération à ses dogmatiques et ou sa langue de bois, un certain néo-féminisme aux Etats-Unis à force de voir le harcèlement partout a fini par installer « une guerre froide » dans les relations entre les sexes. Dans un flirt, l’homme est obligé d’annoncer le geste qu’il va faire pour ne pas encourir le risque d’être poursuivi pour harcèlement…

…Mais ces excès qu’on retrouve dans toutes les luttes politique et sociale, s’ils ne sont pas érigés en système pouvant à terme manacés la pluralité, font partie de l’adolescence de toute véritable démocratie.

Of course, all liberation movements have their dogmas or mindless propagandas. A certain neo-feminism in the US that [has made some] see harassent everywhere has ended up creating a “Cold War” between the sexes. When a man flirts, he must announce he is making a move in order not to run the risk of being sued for harrassment…

…But this excess is found in all political and social struggles and, if they are not based in a system that can threaten pluralism, are a part of the adolescence of every real democracy…

The State of Feminism in Haiti Today

Nancy laments the state of feminism in Haiti, arguing that some women emphasize their rhetoric – women do not need men – at the expense of what she considers the “real problems.”

Et aujourd’hui, malgré des progrès immenses en faveur des femmes je l’avoue, je constate que l’objectif de certaines femmes de mon pays n’a guère changé. Elles ne vont pas au fond des vrais problèmes. Car que représentent quelques malheureuses gourdes volées, quand vos enfants portés par vous, élevés et éduqués exclusivement par vous ne peuvent porter votre nom en toute honorabilité ?

Je me souviens de ma colère quand j’ai eu mon cadet et que l’officier d’état civil me refusait le droit de faire faire l’acte de naissance sans l’autorisation de mon mari. Alors que j’apprenais quelques jours plus tôt qu’un mari infidèle avait pu offrir un acte de naissance à son fils naturel, sans l’autorisation de sa femme dont le nom était pourtant porté comme étant la mère légitime. N’était-ce pas un comble ? Un manque de respect pour les deux femmes et un vol d’identité lésant l’enfant pour toute sa vie !

And today, despite what I admit has been immense progress in favor of women, I notice that the goals of certain women in my country have hardly changed. They don't go to the heart of the real problems. What does it matter that a few lousy bills were stolen, when the children you carried, raised and educated alone cannot have the honor of carrying your name?

I remember how infuriated I was when I had my youngest and the civil servant refused me the right to register for a birth certificate without my husband. But I learned a few days earlier that an unfaithful husband would have the right to give a birth certificate to his biological son, without presenting a legitimate mother. Isn't that unbelievable? A lack of respect for the two women and a theft of identity that will harm the child for all of his life!

Il y a encore tant à faire pour que la société soit équilibrée et harmonieuse ! A quand des actions concrètes et justes dans notre pays en faveur des femmes ? A moins qu’elles aient eu lieu tandis que je dormais, qui sait ? mon sommeil est si profond !

Femmes d’Haïti réveillez-vous que diable vous êtes au vingt et unième siècle ! Quand vous aurez à commémorer la journée internationnale de la femme dans les années à venir qu’au moins cela vaille la peine.

There is still so much to do for society to be equal and harmonious! When will concrete and fair steps be taken for the women in our country? Unless they get there while I am sleeping, who knows? I sleep so deeply!

Women of Haiti, wake up! You're in the 21st century for Christ's sake. When you celebrate the International Day of Women in the years to come, at least let it be worth something.

Edme's take is somewhat more optimistic about the state of the feminist movement in Haiti:

En dépit des terribles difficultés de l’heure, de la mort en silence de nombreuses ‘‘Ginou’’, et de ses contradictions, le mouvement des femmes commencé avec nos ‘‘suffragettes’’ du siècle dernier, a devant lui bel avenir.

In despite of the terrible problems of the hour, the silent deaths of numerous “Ginou,” and the contradictions, the women's movement, beginning with our “suffragettes” of the last century, has a bright future ahead.

And waxes poetic about the accomplishments of Haitian women, the “pride” of their country:

Parce qu’il compte des organisations dont la longévité dépassent celles de toute autre organisation civique, mais aussi parce qu’il compte de brillantes individualités qui font la fierté de notre pays : courageuses marchandes aux étales incendiées par nos chimères politiques, éducatrices forgeuses de destins, éditorialistes de la presse parlée et écrite, romancières et conteuses de nos aventures hybrides, fille du Sud-est au destin de Gouverneure, Directrices de fondation, ‘‘Trésor national vivant’’, journaliste de haut vol parvenue au sommet de l’organisation mondiale, militantes des droits humains cauchemar de nos brutes galonnées…

Le peuple haïtien est reconnaissant à toutes ces femmes qui font la fierté de notre pays si décrié.

Because they include organizations that have been around longer than any others, but also because they include brilliant individuals that are the pride of our country: courageous traders burned by our own political illusions, educators forging destiny, editorialists of the spoken and written press, novelists and storytellers of our hybrid adventures, daughter of the South east with a gubernatorial destiny, directors of fondations, “national living treasures,” a high-flying journalist who has reached the heights of global organization, human rights organizers – the nightmare of our brutes in uniform…

The Haitian people recognize all of these women who are the pride of our so often disparaged country.

Photo from Impactmedia‘s photostream

5 comments

  • Thanks for this, Jennifer!

  • As a white male, I don’t have much to add personally to this discussion, other than to say how interesting it is, and to point out some other perspectives collected on the Haiti JusticeBlog, at http://blog.ijdh.org/haiti_justiceblog/2007/03/international_w.html#more.
    These perspectives include statements for the Kolektif Fanmi Prizonye Politik (Political Prisoners’ Families Collective), the Aristide Foundation for Democracy and folksinger/grassroots activist/former political prisoner So Anne.

    The perspectives on Haiti JusticeBlog do not explore feminist theory as deeply, and some may dismiss them as politicized (generally supportive of Fanmi Lavalas). But they are the authentic voices from among the majority of Haitian women who are poor.

  • Hommage d’Haïti Connexion à toutes les femmes de HC, de la diaspora haïtienne, d’Haïti et du monde à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme

    Par Carl Gilbert

    En ce jour du 8 mars où nous célébrons la Journée Internationale de la Femme, Haïti Connexion se joint à tous les hommes du groupe et à leurs enfants pour présenter nos salutations et meilleurs vœux à toutes les femmes du monde en général et à celles du site en particulier.

    Le combat que mènent les femmes du monde pour atteindre la parité avec les hommes est entré depuis des décennies dans une marche irréversible, que ce soit dans les instances politiques ou dans les activités sociales. A l’occasion de cette célébration universelle de la femme, on ne saurait passer sous silence l’apport de la philosophe ou essayiste française Simone de Beauvoir qui, dans son ouvrage Le Deuxième Sexe (1949) mit en miettes toutes les croyances mythiques propagées par les sociétés chauvinistes des temps écoulés, lesquelles faisaient passer la femme pour un « être inférieur » capable seulement d’enfanter et de reproduire l’espèce humaine. L’apport et l’influence de Simone Beauvoir furent tellement d’un caractère révolutionnaire que certaines franges religieuses, intellectuelles et sociétales cherchèrent à réduire au silence la philosophe considérée à bien des égards comme le précurseur du mouvement féministe moderne.

    Pendant que dans plusieurs pays ce mouvement féministe a connu un essor positif ayant conduit à une transformation significative du statut de la femme, en Haïti malheureusement nos sœurs sont « loin d’être l’avenir de l’homme » tel que l’a écrit Aragon. Typiquement la femme haïtienne « n’est pas riche et reste au foyer, elle passe souvent une vie vouée jour après jour, année après année, à des tâches fatigantes, ingrates et solitaires. » De plus, elle est assez souvent le punching-ball de son partenaire qui la violente, la viole ou la tue de temps en temps. D’autres ne représentent parfois qu’une fleur à la boutonnière de leur mari. Pour toutes ces sœurs, un destin qui n’a rien d’emballant.

    Alors, Haïti Connexion leur souhaite des jours meilleurs et demande à nous tous de partager cette responsabilité de changement pour les femmes, de sorte qu’elles deviennent l’avenir des hommes haïtiens. En cette occasion, je voudrais envoyer un salut spécial aux quatre femmes dans ma vie : ma feue mère Yvanna Gilbert, mon épouse Ghislaine, mes filles Carlyn et Jessica qui toutes les quatre m’ont accordé et m’accordent toujours leur soutien et leurs conseils dans ma vie d’homme.

    Pour lire davantage, svp allez a http://groups.yahoo.com/group/HaitiConnexion/message/4250
    Merci

  • Ginette Baguidy

    Monsieur Carl Gilbert

    Je suis de la ville de Jérémie, je connais votre famille. Après Yvanna votre mère, vos soeurs Suzete,Marlene et Michelle vous ont apporté leur soutien tant sur le plan moral,financier, fraternel etc. Comme femme,je prends ici leur défense pour vous rappeler que cette omission me laisse à désirer. Monsieur Gilbert, l’internet a rendu le monde si petit aujourd’hui.

    Ginette Baguidy

  • Pierre

    Votre article est très intéressant, en complément il y a une vidéo fraîchement arrivé sur Internet mêlant actions et aventures sur un reportage des forces spéciales ici -> http://tv.boutick.com/videos.php?id=vid8

Join the conversation

Authors, please log in »

Guidelines

  • All comments are reviewed by a moderator. Do not submit your comment more than once or it may be identified as spam.
  • Please treat others with respect. Comments containing hate speech, obscenity, and personal attacks will not be approved.

Receive great stories from around the world directly in your inbox.

Sign up to receive the best of Global Voices!

Submitted addresses will be confirmed by email, and used only to keep you up to date about Global Voices and our mission. See our Privacy Policy for details.

Newsletter powered by Mailchimp (Privacy Policy and Terms).

* = required field
Email Frequency



No thanks, show me the site