Close

Support Global Voices

To stay independent, free, and sustainable, our community needs the help of friends and readers like you.

Donate now »

See all those languages up there? We translate Global Voices stories to make the world's citizen media available to everyone.

Learn more about Lingua Translation  »

DRC: As Elections Approach, the Congo's Bloggers Discuss Recent Violence, Media Repression and the Limits of Foreign Aid

With the July 30th elections just days away, many pro-opposition Congolese bloggers remain deeply cynical about the prospects of a free, fair and peaceful electoral process. Violent repression of opposition demonstrations and the killing of several journalists in the last few months have left many wondering whether, even if successful, these elections alone are enough to set the Congo on a better path.

Congolese bloggers also continue to question the role and interests of foreign donors who are footing the multi-billion dollar bill for this election.

Pre-Election Violence

Writing for Le Prince du Fleuve Congo, opposition blogger and journalist Anthony Katombe describes two recent protests that were violently suppressed by state security forces, an act Katombe sees as part of an established pattern of government repression of opposition candidates.

Kinshasa, boulevard du 30 juin, mardi 11 juillet 2006. La police congolaise, formée et équipée par l’Union Européenne, s’est déchaînée contre les 19 candidats à l’élection présidentielle du 30 juillet et les manifestants du Front pour la Défense du Congo (FDC) conduits par l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS).

En effet, la police a réprimé les manifestants, avec sa brutalité légendaire, au moyen du gaz lacrymogène, des balles réelles et des grenades d’assaut dont l’une a arraché les mains du manifestant Didier BONGEYA qui a attrapé la grenade lui lancée au vol pour la renvoyer à l’expéditeur…Plusieurs personnes, dont des journalistes, ont été étouffées et intoxiquées par le gaz.

La police, comme à sa fâcheuse habitude, a invoqué le défaut d’autorisation pour justifier cette répression disproportionnée. Pour une fois, le Comité International d’Accompagnement de la Transition (CIAT), dont les Congolais garderont à jamais un désagréable souvenir, s’est départi de sa partialité coutumière pour condamner cette barbarie d’un autre âge en rappelant aux autorités congolaises les termes de la constitution et de la circulaire du ministre…de l’intérieur consacrant la légalité des manifestations pacifiques qui ne devraient plus souffrir d’autorisation, laquelle autorisation n’étant généralement jamais accordée.

Kinshasa, June 30th Boulevard, Tuesday, July 11, 2006. The Congolese police, created and equipped by the European Union, unleashed their forces on the 19 presidential candidates running in the July 30th election and the Front for the Defense of the Congo (FDC) protestors led by the Union for Democracy and Social Progress (UDPS).

In effect, the police punished the protestors with their legendary brutality, with tear gas, bullets and assault grenades. One of the protesters, Didier BONGEYA, caught a grenade that had been thrown at him, and when attempting to throw it back, got his hands blown off…Many people, including journalists, were suffocated and intoxicated by the tear gas.

The police, in their usual manner, invoked le défaut d’autorisation (i.e., the power of their own authority) to justify this disproportionate crackdown. For once, the International Transitional Committee (CIAT), for which the Congolese people still harbor bad memories, departed from its usual partisanship and condemned this outmoded savagery by reminding the Congolese authorities of the provisions of the Constitution and of the Interior Minister's circular…affirming the legality of peaceful demonstrations, which never need authorization, and for which authorization is usually never given.

Bis repetita ! Kinshasa, boulevard du 30 juin, avenue Président Kasa-vubu, mardi 18 juillet. L’UDPS est revenue à la charge avec une autre marche gigantesque. Au passage, les manifestants s’étant improvisés agents commis à la salubrité de l’Hôtel de ville de Kinshasa, ont décrété une opération ‘‘ville propre’’ en arrachant et brûlant les banderoles et affiches de propagande des candidats aux élections présidentielle et législative. Les banderoles et affiches, aux dires des manifestants, rendaient sale la ville de Kinshasa.

L’objectif de ces nombreuses marches initiées par les forces du changement est clair : requalifier le processus électoral en le rendant plus crédible, plus égalitaire et plus inclusif. En clair, l’UDPS et alliés veulent se rassurer que tous les candidats ont le même degré de contrôle des rouages de la Commission Electorale Indépendante (CEI) qui a connu jusqu’ici le désaveu de toutes les composantes, sauf d’une seule, avec laquelle elle est en troublante symbiose depuis le début du processus. L’UDPS veut surtout être impliquée dans le processus afin de participer aux élections qui du reste sont voulues inclusives pour être porteuses de paix et de légitimité des dirigeants qui en seront issus.

Kinshasa, June 30th Boulevard, Avenue of President Kasa-vubu, Tuesday, July 18. The UDPS made a comeback with another large march. Along the way, the demonstrators…launched operation “Clean City,” tearing down and burning legislative and presidential candidates’ campaign banners and posters. These banners and posters, said the demonstrators, made the city of Kinshasa dirty.

The goal of many of the marches initiated by the forces of changes is clear: retool the electoral process by making it more credible, more fair and more inclusive. Clearly, the UDPS and its allies want to ensure that all the candiates of the same level of control over the inner-workings of the Independent Electoral Commission (CEI), which has been abandoned by all of its constitutents, save the one with whom it has had a troubling symbiosis since the beginning of this process. The UDPS, first and foremost, wants to be involved in this process so that they might participate in the election which should be inclusive if they are to bring peace and legitimacy to the leaders that will be chosen.

Ali M at The Salon has photographs of violent protests organized by UDPS, a major opposition party which is boycotting the upcoming election.

Media Freedom

In the wake of the murder of Bapuwa Mwamba, a journalist who was tried to expose government corruption, several bloggers have also been critical of the lack of press freedom in the Congo and its effects on the freedom and fairness of this election.

Fleur d'Afrique suggests a pattern of media repression and persecution of the opposition, leading her to question the value of having elections at all:

  • Constant threats against journalists
  • The murder of Franck Ngyke & Hélène Mpaka (the trial starts[fr] tomorrow) and now Bapuwa Mwamba (more in French here). All in the space of 8 months.
  • The authorities expel RFI journalist[fr] Ghislaine Dupont to prevent [fr] her from covering the elections. Eh they knew what they were doing, since RFI is widely listened…
  • Opposition candidates and political parties voiced their concerns on transparency and fairness. And who gathers everyone and tries to appease the situation? The one and only Omar Bongo. oh the irony!

Ali (i.e., of The Salon) said I was too cynical and that I needed to be hopeful. For a moment I thought he was right, and that maybe I was just too angry or something. But seriously now: does all this seem normal and democratic to you? I know we tend to do things in unusual ways in Congo, but they’re about to take this too far. Should I sit here and say “well at least we’re having elections”? What’s the point of having them if it’s clear who’s running the show?

Ali at The Salon, however, points out that many Congolese are getting more balanced information about the election from Radio Okapi, sponsored by the United Nations, which offers an important, apolitical platform for disseminating the viewpoints of all candidates.

If there is one entity that is helping to make this a real election, and that is contributing to the education of the Congolese people in this process, it is the UN-sponsored Radio Okapi. This tuesday, however, it was put before quite a dilemma. Last week, a journalist, Bapuwa Mwamba, was murdered, and Congolese media people decided to organize a “media-less” day, with all the radios and newspapers not working for the entire day. They also organized a big march in Kinshasa [video, fr], to show their solidarity, and to shout their anger at the fact that the government does not seem to care about their safety. Being a UN radio, Okapi had to be neutral, and therefore broadcasted as usual, with one exception: All the shows were giving room for journalists to express their views on their safety situation. A creative way to fulfill all their duties. But back to the elections, Okapi features 1-on-1 interviews with all the presidential candidates[fr] (so far about 20 out of the 33), and they have been trying to stage mini presidential debates[fr], with some success. Okapi is the only radio that can put itself above politics, and have the neutrality needed, because they do not belong to any politician, and although the journalists are Congolese, they have UN-protection.

Questioning the International Community

The Salon, writing in both French and English, critiques the recent show of force by European Union peacekeeping forces meant to impress Congolese politicians, military and media, echoes doubts that have been expressed by other bloggers in recent months about foreign peacekeepers’ real interests and their capacity and will to respond should violence erupt in the wake of the elections.

Now that there are numerous irregularities in the elections in Congo, and the International Community seems hellbent on organizing them, regardless of the situation on the ground – who can blame them: they have been shelling-out a lot of money, and seeing his record, they stand to gain a lot more if Kabila is elected – I cannot help but wonder if any of the above-stated vital needs will even be remotely addressed. I am still wondering…

Well, that's good… but I still think they are there for show, and to evacuate Western foreigners in case of a post-electoral catastrophe. After seeing what is happening in Lebanon, with a flotila of soldiers coming to rescue Westerners, it seems quite logical. The Europeans do not want 1960 to repeat itself, and they want to be able to cut their losses. Pragmatically speaking, I can't say I blame them. Ethically, well… they colonized us once, so ethics is not always something I expect from their governments. And their superpower-of-a-cousin to the West is indifferent at best, accomplice at worst. So as Congolese people, we are left alone, facing former rebel leaders, powerful government officials, and popular/populist opposition parties, all claiming to want the good of our people, and all intent on being in power, some at any cost. Hence my slight apprehension of these elections. The UN is already denouncing irregularities, and people are less and less convinced that the elections will be free and fair.

Extra Extra wonders whether in pushing for elections, foreign donors may have placed too much faith in ability of a single round at the ballot box to solve long-standing challenges and lost sight of the bigger picture: ownership and sustainability.

“…one can ask whether in its eagerness for progress ‘the international community’ might have lost sight of the notion of national ownership…Not to mention that other development buzz-word, sustainability. With all those helicopters and Antonovs buzzing so busily, this election is expensive. (The EU has spent at least 150 million euros, not including bilateral contributions from member states, e.g. 22 million pounds so far from the UK, to pick the most generous donor.) But the really spectacular bill is for the peacekeeping force, whose annual tab rounded out at US$1,136,875,200 at the last count. It may be a lot cheaper than war, but it’s not easy to find this sort of money, and it’s a safe bet that DRC will struggle to repeat the exercise next time around.”

Similarly, The Salon cautions that elections – even when they are picture-perfect – are not a cure-all.

It is no small task at all, even if the elections were free and fair, and the new leaders legitimate. My source of hope was always Timor-Leste, because they were coming from chaos, got help, and seemed to function well. We have recently seen how that went. And their elections were perfect, with tearjerking moments, and heartfelt promises, etc.

Katombe has frequently discussed the international community's role in the Congo, and here uses that experience to mount a more general critique of the West, suggesting that the “War on Terror” might detract from still more pressing battles:

Personne, même dans cette communauté internationale qui croit avoir réponse à tout, n’est assez malin pour prévoir la réaction d’un peuple lorsqu’il se convainc d’avoir un sort scellé d’avance par le mépris de ceux qui s’estiment sortis de la cuisse de Jupiter. C’est une chose de déplorer aujourd’hui le terrorisme arabe et islamique. Une autre est de se poser la question fondamentale de savoir ce qui a pu pousser ces citoyens du monde à se couvrir de bombe, à détourner des avions pour tuer en se tuant. Tant que l’occident croira avoir toutes les réponses, il parlera d’intégrisme là-bas et de xénophobie ici, et continuera de gaspiller pour combattre de fausses causes, des sommes colossales qui auraient pu éradiquer la pauvreté, la famine et plusieurs maladies de la surface de la terre si elles avaient été investies et utilisées plus humainement?

Dans l’indifférence et le mépris, préoccupant pourtant, les signes du pourrissement et de radicalisation foisonnent.

No one, even in this international community that believes it has the answer to everything, is sage enough to forsee the reaction of a people who come to see their fates as having been determined in advance by the contempt of those who think they are gods. It's one thing today to deplore Arab and Islamic terrorism. It is another to ask the fundamental question of what would push these citizens to use bombs, to hijack airplanes to kill and to be killed. As long as the West thinks it has the answer to everything, it will speak about integration here and xenophobia there, and continue to wast colossal sums of money fighting false causes that could have been used to eradicate poverty, famine and many other global ills and they beeen invested and used more humanely.

In indifference and ignorance…the signs of derioration and radicalization accumulate.

These conversations are part of an ongoing debate on the upcoming elections. (For more see: “DRC Roundup: Elections, Mining Corruption, Peacekeepers & More,” “DRC: Coup Attempts and More Questions on the Upcoming Elections,”and other posts on the Democratic Republic of the Congo)

5 comments

  • Dans la democratie, on doit faire une difference entre une manifestation pacifique et l’autre qui devient toute suite desordonnee et troublante. A chaque fois que les militants de l’UDPS marchent, ils finissent souvent a semer le desordre–attacker tout celui qui a des idees differentes des leurs, casser tout ce qu’ils rencontrent le long de leur marche,… Ce comportement, meme si on n’est pas partisan de ce qui assure l’ordre public est condamnable et doit etre contenu. Et souvent quand les agents de l’ordre interveiennent pour contenir ces actes, les manifestants dans leur pratique de l’insolence democratienne puisque pour le congolais agir dans la democratie c’est rouler a tombeau ouvert sur une autoroute qui n’a pas de code de conduite. Or a mon avis, je pense que les libertes democratiennes de l’un doivent se terminer la ou celles de l’autre commencent.

    Concernant les irregularites denoncees dans l’organisation des elections du 30 Juillet 2006—personne ne peut affirmer qu’il peut y avoir des elections nulle part au monde sans qu’il y ait quelques defaillances ici la. Meme dans les vielles democracies comme aux USA ou je vis depuis plus de 20 ans, nous avons encore en memoire l’image tarnie des elections de l’an 2000—Bush avait arrache la victoire a Al Gore au vu et au su de tout le monde. Jusqu’a ce jour je doute que mes deux choix faits en 2000 et en 2004 auraient ete pris en compte par le serveur qui les capitalisait. A New York, au bureau de vote tu trouve les noms des candidats groupes en democrates, republicains, et independants. Pour faire ton choix, tu dois bouger une petite manivelle a cote du nom du candidat jusqu’a placer un X sur le carre a cote de son nom–Comment est ce que je sais que mes choix n’ont pas ete pris en compte—parce qu’en 2000 comme en 2004, mes X ne se sont pas loges exactement dans les carres, j’ai meme du appeller la dame qui surveillait la machine pour m’en rassurer. La pauvre dame ne pouvait rien pour moi. Alors j’ai remis les manivelles a leurs positions originales et j’ai essaye celles du cote republicain, mon X s’est exactement loge dans le carre a cote du nom de Bush!!!!–des ma sortie, j’ai dit a ma femme que ces machines ont ete manipulees et mes choix ne seraient pas comptes comme autant les choix de tous ceux qui ont rempli leur devoir d’electeur a de telles machines manipulees.

    Les 19 candidats presidentiables ont pointe le doigt a la localisation du serveur central comme etant place a l’exterieur du pays, cette rumeur s’est averee sans raison. Depuis, il y a eu des journalistes et certains qui l’auraient visite. Quand a leur securite, depuis le debut de la campagne il n’ y a pas eu un garnd nombre des cas d’attaques a l’endroit des candidats, mais dis donc qui est en securite dans ce pays emergeant d’une guerre brutale les armes a feu sont encore entre les mains de ceux qui se croient etre malins. Que dire alors a nos soeurs, meres, et grand-meres qui sont victimes des mains de ces margoulins partout ou elles se trouvent dans le pays. D’ailleurs parmi les 19 on trouve peu qui ont un suivi populaire et une force financiere de battre campagne dans ce pays aux dimensions d’un petit continent–pour preuve, depuis que la campagne a commence peu d’entre eux se sont deplaces pour faire campagne a l’interieur du pays. Or Kisnhasa n’est pas le Congo et nul ne peut se faire elire a partir de Kinshasa. Meme Oscar Kashala qui est arrive tardivement dans la course a aujourd’hui plus de suivi populaire que l’ensemble des 19. Le probleme des Congolais en est que tout chacun veut etre president ou chef.

    Quelque soit le nombre des irregularites, puisque le peuple congolais est pris en otage il y a pres de 4 decades, l’homme congolais devrait se passer des ambitions personnelles et aurait le devoir de porter l’interet de toute la nation sur sa tete. Notre petite constitution garantit deja un certain degre de controle et de balance entre les differents organes. Comme notre democratie n’est qu’a son enfance, allons aux elections, elisons les leaders qui en sortiront meme si le systeme a quelques erreurs, nous avons tout le temps a les corriger aussi longtemps que nous restons vigilants. Batissons ce beau et geant pays au coeur de l’Afrique. Aidons notre peuple a retrouver sa liberte et sa dignite humaine.

  • Thanks Jennifer for this excellent roundup on blog posts and press articles about the DR Congo polls this Sunday. It is very much appreciated by those of us who have been following this story, and a special thanks for the translations from the French language posts.

    One thing is for sure, the people of the DR Congo cannot say that the GVO blogger community has forgotten about them. I’m certain that many of us around the world wish the people of the Congo luck with their first national elections in more than 45 years. That accomplishment alone is a sign of great progress and gives many people there Hope.

  • Foli Kat, your perspective is interesting and very much welcome. For the benefit of those who do not read French, I’ve posted a translation of excerpts from your post which you included here as a comment. I hope you think it does it justice!

  • merci FOLI de nous rejoindre dans ce débat. c’est un réel plaisir pour moi de pouvoir débattre avec quelqu’un qui soutient le point de vue du pprd. oui, je dis bien du pprd, parce que l’attitude de la police a été condamnée aussi bien par le ciat que par le mlc et le rcd,.. qui ont tous parlé de répression disporportionée d’une marche tenue dans les respects du cadre légal. jamais l’udps n’a obtenu l’autorisation d’une marche pacifique pour après la transformer en trouble. les rares fois où on a autorisé à ce parti de manifester, il l’a fait en toute discipline. la vérité est que souvent, l’udps est résolue à “arracher” ses manifestations. le 11/07/06, la police s’est jeté sur les manifestants et 19 candidats avant même le début de la marche. de quels désordres parlez-vous ? on sent dans votre commentaire le même mépris que les gens du pprd pour les droits et libertés des citoyens et même un peu de mépris contre le congolais, quand, congolais que vous êtes, vous ne vous génez pas d’affirmer que “… pour le congolais agir dans la democratie c’est rouler a tombeau ouvert sur une autoroute qui n’a pas de code de conduite”. je voudrais vous faire voir tout de suite que non seulement votre humour est cynique, mais qu’en plus il ne colle franchement pas à la réalité. d’abord, il n’ y a pas de démocratie au congo. la chaîne publique ne présente que le pint de vue du ppord, les journalistes sont arrêtés et tués. ensuite, il y a trop de nids de poule et des barrages des policiers raçonneurs sur les routes du congo pour qu’on y roule à tombeau ouvert. enfin, il n’y a pas de code de conduite parce la seule règle qui compte est de verser un petit rien à l’agent. je suis très sévère envers vous parce que vous dites vivre aux usa depuis 20 ans. ce long séjour dans un pays démocratique aurait dit vous faire comprendre que le problème congolais provient de l’exercice abusif du pouvoir et non d’une quelconque indiscipline de la population.

    concernant les irrégularités, on croirait vraiment entendre argumenter un bonze du pprd dans ce parallélisme avec le système américain ! mais vous oubliez de nous dire que les anomalies américaines auxquelles vous faites allusion sont constatées en aval, c’est-à-dire pendant ou après le vote. est-ce bien logique de s’entêter à corriger des anomalies constastées en amont au motif que même aux usa, il n’y a pas d’élections parfaites ? est-ce bien rentables de foncer droit dans une élection biaisée dès le départ alors que nous la voulons comme point de départ de la réfondation du congo ? si nous n’avons pas l’honnêteté et la volonté de corriger les anomalies que nous constatons aujourd’hui, quelle garantie avons-nous de corriger celles de demain ?

    vous vous montrez très sévère vis-à-vis du c-19. mais sachez que c’est à la suite de leurs pressions notamment que les journalistes ont pu finalement avoir accès au serveur de la cei sur la crédibilité duquel ils ont d’ailleurs émis de sérieuses réserves tant les explications leur fournies étaient trop alambiquées. après avoir été séquestrés à leurs domiciles par le ministre pprd de l’intérieur, les membres du c-19 avaient-ils tort d’exiger la garantie de leur sécurité ? n’a-t-on pas vu olenghankoy se faire attaquer à kikwit par des policiers armés ? n’a-t-on pas déploré la tuerie d’un garde de ruberwa par la garde personne de kabila ? les fdlr n’ont-ils pas supervisés les élections à shabunda ? les collaborateurs de alafuele mbuyi n’ont-ils pas été enlevés le 30/07 par des éléments de la garde personnelle de kabila ? vous auriez aimé qu’un candidat soit tué ou que la moitié de kinshasa prenne feu pour considérer cette exigence de sécurité fondée ? croyez-vous vraiment que olenghakoy, nzuzi, lunda, lumbala… manquent de l’argent pour tenir un meeting à goma ou bukavu ? parce que vous parlez de kashala, pourquoi n’est-il sorti de Kinshasa que mercredi le 26/07 ? pourquoi avec tous les moyens qu’on lui prête, n’a-t-il pas pu faire tout l’EST du congo ? pouvez-vous avoir le courage d’avouer la mesquinerie de vos amis du pprd ? quand votre parlement de la honte a supprimé tous les critères d’accession aux charges publiques et que celles-ci sont actuellemnt occupées par des gens qui n’ont pas de cv, avez-vous raison de condamner les congolais qui veulent tous être chef alors qu’ils le méritent peut-être mieux que ces nuls à qui on déroule le tapis rouge ? quand la télé publique qui devrait vulgariser les projets de société, les programmmes de gouvernement et faire connaître les candidats ne couvre que le son de cloche du pprd et de kabila, est-ce de leur faute si le c-19 n’est pas, comme vous l’affirmez, connu à l’intérieur du congo ? vous vous moquez du manque d’argent des membres du c-19. pouvez-vous nous assurez ici que l’argent de campagne du candidat du pprd et des membres du 1+4 est obtenu de façon morale ? et vous avez le culot de parler d’élections démocratiques alors que des individus battent campagnes avec les moyens de l’état et que d’autres ne sont voués qu’à la débrouillardise ?

    si le peuple a été tenu prisonnier pendant 4 decades, une élection tronquée avec pour seul souci la réconduction du candidat des occidentaux actuellement au pouvoir ne rendra pas au peuple sa liberté. pendant au moins une vingtaine d’année, parce qu’il n’y a pas 1 sans 2, le peuple restera otage, par la complicité d’une certaine élite, d’une communauté internationale aux intérêts garantis dans le grand bazar congolais par un capita médaillé accommodant.

    quant à nous, nous disons NON !

  • je veux aussi participe et etre informe

Join the conversation

Authors, please log in »

Guidelines

  • All comments are reviewed by a moderator. Do not submit your comment more than once or it may be identified as spam.
  • Please treat others with respect. Comments containing hate speech, obscenity, and personal attacks will not be approved.